• faune locale,  Wonder Fauna

    Le hérisson, un animal menacé de disparition ?

    Le hérisson, cet animal qui nous est pourtant si commun, se trouve menacé de disparition. À ce jour, la Suisse ne dispose pas de données suffisantes, mais en Angleterre une étude de l’Université de Nottingham (1) a démontré qu’au cours de cette dernière décennie, la population de hérissons a chuté de plus de 25% (2). Ils auraient été environ 30 millions en 1950 puis seulement 1.5 millions en 1995. Christina Meissner, fondatrice du centre « SOS hérissons » à Genève, lutte pour préserver cette espèce. Le centre, créé en 2006, a recueilli 258 hérissons en 2019 dont 151 ont pu être guéris puis relâchés.
    Christina Meissner, fondatrice du centre SOS Hérissons Genève
    Christina Meissner, que représente cet animal à vos yeux ?


     Le hérisson est l’ambassadeur de la biodiversité par excellence. Personne ne sait ce qu’est la biodiversité, et pourtant tout le monde souhaite la préserver. Il est l’un des rares mammifères sauvages acceptant volontiers de nous côtoyer (à condition d’avoir un jardin). Avec lui nous sommes face à face avec la biodiversité. Ce que nous pouvons faire pour le hérisson, tous les animaux en bénécieront et donc la biodiversité aussi.


    Que faut-il faire si nous en voyons un au bord de la route, par exemple ?


     En premier lieu, si nous voyons un hérisson au bord de la route ou ailleurs en plein jour, c’est mauvais signe! Parce que le hérisson est un animal nocturne, s’il sort en plein jour, il va contre son instinct naturel, et il y va, car il a froid. S’il a froid, c’est qu’il est malade, amaigri ou blessé. Dans un premier temps, nous pouvons l’aider, en le mettant dans une caisse avec une bouillotte (même improvisée avec une bouteille d’eau chaude) en le rentrant puis en contactant un centre de soin, car il est vrai que ce n’est pas toujours évident de s’en occuper soi-même. Cela vaut pour les hérissons trouvés en plein jour, quelle que soit la période de l’année. 

    Que pouvons-nous faire pour préparer au mieux son hibernation?


     A l’automne, le hérisson a besoin de trouver un gîte pour pouvoir hiberner. C’est pourquoi, il ne faut pas évacuer les feuilles mortes, bien au contraire, celles-ci servent de nourriture pour la faune sauvage, car elles regorgent de vers et d’insectes. L’idéal serait de les mettre en tas ou sous une haie. En se décomposant, elles formeront le meilleur engrais naturel que vous puissiez trouver pour les platebandes et elles représenteront aussi un excellent gîte pour le hérisson. Il est utile de préserver également les herbes sèches, car elles sont des supports hivernaux pour les insectes, leur permettant de boucler leur cycle de vie (larve, cocon, etc.). Les insectes qui, je le rappelle, sont à la base de la chaine alimentaire. 

    Combien de temps dure l’hibernation?
    L’hibernation chez le hérisson est une stratégie de survie et non une obligation ! S’il ne trouve pas de nourriture, il peut très bien hiberner en été (estiver). À l’inverse, s’il trouve de la nourriture, le hérisson n’a pas de véritables raisons d’hiberner. Il ne s’agit donc pas d’une hibernation continue ( n octobre à n mars). C’est pour cela qu’il est bien de laisser un peu de nourriture (Patée et/ ou croquettes pour chat + eau) car ce petit mammifère va se réveiller plusieurs fois en fonction des températures pour éliminer ses toxines. Le poids minimum pour un hérisson devrait être de 500 g en septembre, 600 g en octobre et de 700 g en novembre.